1.-Ses traces

Des empreintes de petites pattes de 3 cm dans votre jardin? Des restes de croquettes pour chats tout autour du bol de votre matou? Ce sont des indices de la présence d’un hérisson.

Avoir des hérissons dans son jardin, c’est signe que l’environnement proche est sain écologiquement. Sa présence est un signe positif .

2,-L’ami des jardiniers


Limaces, escargot et autres indésirables (pour le potager), le hérisson se délecte des bestioles qui pourrissent la vie des mains vertes du Royaume. « Laissons faire son travail au hérisson! C’est un omnivore qui viendra à bout de tous ces nuisibles sans aucun problème ». Pas question d’offrir la nourriture à l' »as de pique ». L’objectif n’est pas de le domestiquer. Loin de là.

Vouloir accueillir ces animaux, c’est bien. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut  les conserver à tout prix dans son jardin en les rendant dépendants. Ce n’est pas leur rendre service. En plus, dans certains cas, on risque de faire pire que mieux.Même si cela part d’une bonne intention, donner du lait à un hérisson, par exemple, est à éviter,  car le breuvage provoquera la diarrhée chez le petit mammifère.

3,- Quand vient la fin de l’automne…

C’est bien connu, en hiver, le hérisson hiberne. Dès que la température extérieure descend en dessous des 10°C, le petit mammifère s’aménage un havre de paix où il pourra dormir plusieurs mois à l’abri des prédateurs. Contrairement aux idées reçues le hérisson ne dort pas de façon continue. A certains moments, il sort de sa torpeur pour se nourrir et bouger quelque peu. Et parfois même pour changer d’abri, avant de sombrer à nouveau dans un lourd sommeil. Sommeil pendant lequel sa respiration ralentit.

4,- Le protéger

Le plus grand danger,pour le hérisson, ce sont les pesticides qu’il ingurgite. Pour le garder dans son jardin, il faut lui laisser des haies pas trop taillées et des tas de feuilles mortes pour hiberner.

Mais la plus grande cause de mortalité reste le trafic routier. Alors s’il vous plaît ralentissez 😉