Le Plan Communal de Mobilité (PCM)

Cette année 2016 , plusieurs séances d’information au public ont eu lieu dans les anciennes communes de l’actuelle entité de Saint- Ghislain. L’ambition de la commune est d’actualiser le PCM datant de 2004. Qui mieux que les usagers concernés et donc ceux qui la vivent au quotidien,  pourraient donner leur avis sur la mobilité ?

Les objectifs d’un PCM

Le Plan Communal de la Mobilité a pour ambition d’évaluer et d’anticiper le développement de la commune. Pour ce faire, il doit évidemment tenir compte de  l’état des lieux de la mobilité, de ses atouts et de ses faiblesses.

L’idée est que,  cette étude oriente ensuite les décisions politiques en matière d’aménagement. 

La ville en quelques chiffres

La population sur l’entité est de 22 910 habitants (chiffres au premier janvier 2015)  et augmente encore.

Les principaux pôles générateurs de déplacements sont les zonings industriels (2 500 emplois)  et les établissements scolaires (10 000 élèves et 1 000 emplois)

Ce sont ces derniers chiffres mais  aussi  le fait que les écoles soient très proches les unes des autres,  qui ont donné l’envie aux futurs techniciens en environnement de s’interroger sur les comportements de la population scolaire en matière de mobilité.

L’enquête en milieu scolaire

Les sixièmes,  techniciens en environnement ont rédigé et mis en forme un questionnaire en ligne qu’ils ont ensuite repartagé sur les réseaux sociaux.

Ils ont obtenu 136 réponses, essentiellement  d’élèves inscrits à l’Institut Saint-Joseph.

Si nous venions à réitérer l’expérience, nous essayerions d’aller  (IRL – In Real Life) à la rencontre des élèves dans les autres écoles. Il est à noter que le manque d’accessibilité au wifi gratuit a souvent constitué un frein dans l’obtention d’un plus grand nombre de réponses.

Les résultats en images

Si vous souhaitez avoir accès aux données brutes, n’hésitez pas à les demander via le formulaire de contact du site.

Pour changer d’air, changez de transport

 Nonobstant plusieurs articles sur la qualité de l’air de plus en plus médiocre en Europe (la Belgique est classée parmi les plus mauvais pays) et une percée du secteur vert qui passe difficilement inaperçue, l’environnement n’est pas la préoccupation majeure de nos écoliers.
Il faut pourtant savoir que la pollution de l’air est générée par le transport, les industries et la production d’énergie. Saint-Ghislain est déjà une zone sensible au niveau de sa qualité de l’air,  d‘une part via sa localisation géographique (proximité autoroute) et via ses secteurs d’activité (zone Seveso/ industrielle) d’autre part. 
L’hégémonie de la voiture et des transports routiers dans l’entité ne fait qu’accentuer une augmentation des particules fines dans l’air. L’impact sanitaire est préoccupant car ces micro-particules seraient responsables de nombreuses maladies, essentiellement cardiovasculaires et respiratoires, telles que la pneumonie, le cancer du poumon ou encore l’accident vasculaire cérébrale.
Chaque individu consomme entre 10 000 et 15 000 litres d’air par jour, il serait temps de le sensibiliser davantage sur sa qualité. Et dans la foulée, ne pourrait-on pas réconcilier les jeunes avec le vélo pour un double avantage santé ? 
Pour consulter la qualité de l’air dans votre région : irCELine 
Article : sciences et avenir pollution de l’air impact sur la santé et infographie sur les particules fines.