Dans le cadre de notre cours d’environnemment, il nous a été demandé d’interviewer une personne travaillant dans le domaine de l’environnemental ou écologique.

C’est pourquoi j’ai questionné Monsieur Thierry Paternoster, en charge du marais d’Harchies, scientifique, et responsable des plans de ” gestion de l’eau”

On peut tout d’abord dire , que le parcours de Mr Paternoster a commencé assez tôt car déjà petit, il accordait un certain intérêt à la nature.

Plus tard, dans ses études, il s’oriente particulièrement vers les sciences, notamment la biologie.

Puis, dans les études supérieures, il se lance dans la zoologie et l’écologie. Son TFE portait d’ailleurs sur les invertébrés des rivières.

Le voilà aujourd’hui responsable des plans de gestions et du marais d’Harchies!

S’il y a une chose ou l’autre que Mr Paternoster considère importante dans son métier, c’est la capacité à savoir identifier les espèces spéciales et de savoir prendre des mesures de gestion durable.

Sa plus grande oeuvre est pour lui la réalisation de mares intraforestières en 2000. Plus de 100 mares ont été réaménagées!

A propos du travail en lui-même, Mr Paternoster considère que ce n’est pas un métier stressant.

En effet, le rythme de travail est plutôt variable et n’est pas imposé, il le choisit lui-même.

Mais si ce métier semble aisé, aussi bien dans son rythme que dans son salaire, des qualités certaines pourraient être requises pour mener ses tâches à bien. Mr Paternoster en cite 2 , très importantes: la Patience et la Persévérance.

Dans sa profession, on est parfois amener à découvrir des choses étonnantes. Ainsi, Mr Paternoster raconte qu’un jour, il était descendu avec une équipe dans les carrières de Malogne qui comprennent de nombreuses grottes et caves. Il aurait trouvé à peu prés 100 espèces différentes de chauves-souris en pleine hibernation!

Pour clore cet article, j’aimerais remercier bien sûr Mr Paternoster qui a accepté de prendre le temps de répondre à mes questions et de me parler de sa personne.

Je voudrais aussi remercier Mr Marlier qui m’a permis de prendre contact avec Mr Paternoster.

Et enfin, un tout grand merci à Joëlle Kapompolé qui m’a parlé de ces deux contacts et qui a permis la réalisation de cet article.

 

Sources: [email protected]